Aider les prématurés à devenir des champions

[15 novembre 2019 - 10h25] [mis à jour le 15 novembre 2019 à 10h26]

« En chaque préma naît un champion. » C’est le slogan de la dernière campagne de l’association SOS Préma, dont la marraine Clarisse Agbegnenou, née prématurée, est quadruple championne du monde de judo. Un message positif soulignant l’importance de prendre soin de ces nouveau-nés fragiles pour leur donner toutes les chances dans la vie.

A l’occasion de la Journée mondiale de la Prématurité ce 17 novembre, SOS Préma lance une campagne sur le thème « En chaque préma naît un champion ». C’est la marraine de l’association, Clarisse Agbegnenou, quadruple championne du monde de judo et née prématurée, qui s’exprime dans une vidéo via les réseaux sociaux.

Le message ? Oui, les enfants nés prématurément peuvent s’accomplir, et même devenir des champions. Mais pour cela, ils ont besoin d’aide et de soutien. C’est d’ailleurs pour une meilleure prise en charge de la prématurité qu’œuvre depuis 15 ans l’association SOS Préma. Car les 60 000 bébés qui naissent prématurément chaque année et leurs familles suivent encore un parcours difficile.

« Les problèmes de la prématurité devraient en faire un sujet de préoccupation majeur », estime ainsi SOS Préma. « L’hospitalisation d’un nouveau-né est une période très compliquée qui entraîne en cascade d’autres difficultés pour les familles, d’ordre médicales, financières, sociales et psychologiques. »

Des fauteuils roulants pour réunir parents et bébés

SOS Préma se bat notamment pour que les meilleurs soins soient donnés aux nouveau-nés hospitalisés, et de façon égale sur le territoire. Elle promeut ainsi « les soins de développement, des soins centrés sur l’enfant et sa famille, et plus particulièrement le NIDCAP, qui, selon les dernières études scientifiques, améliore le développement de l’enfant et réduit la durée d’hospitalisation ». Ce qui signifie que « la prématurité ne doit plus être synonyme de séparation entre le nouveau-né et ses parents, de la naissance jusqu’à la sortie de l’hôpital », poursuit SOS Préma.

Dans cette dynamique, et grâce au soutien de la Fondation Meeschaert, l’association a, depuis octobre, commencé à remettre des fauteuils de transfert à 50 hôpitaux. Ceux-ci permettront le transfert du nouveau-né en peau à peau avec l’un de ses parents, entre la salle d’accouchement et le service de néonatalogie.

A noter : La prématurité en France représente 8% des naissances, ou encore, 165 bébés par jour qui naissent trop tôt.

Partager cet article