Cancers : 8 millions de morts en 2012

[12 décembre 2013 - 16h38] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h59]

Au total, 6,3 millions de femmes ont appris leur cancer du sein dans les cinq années précédentes. ©Phovoir

Malgré les progrès constants dans la prise en charge des cancers, le nombre de nouveaux cas ne cesse d’augmenter dans le monde. En première ligne, le cancer du sein. Au total, 1,7 million de femmes ont été diagnostiquées en 2012. Soit une hausse de… 20% par rapport à 2011.

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) vient de publier ses dernières statistiques mondiales sur les cancers. Pour cela, ses représentants ont réalisé une étude à travers 184 pays dans le monde. Au total, 14,1 millions d’hommes et de femmes ont appris leur maladie en 2012. Contre 12,7 en 2008, soit une augmentation de 9,5% en 4 ans.

Et les perspectives sont alarmantes : « du fait de la croissance démographique et du vieillissement de la population, ce chiffre pourrait s’élever à 19,3 millions en 2025 », explique le CIRC.

Cancer du sein : augmentation  « marquée »

Le taux de mortalité augmente également. Ainsi en 2012, le nombre de décès s’élevait à 8,2 millions, contre 7,6 en 2008 (+7,3%). Les tumeurs les plus diagnostiquées sont celles touchant le poumon, le sein puis le colon/rectum.

« Le nombre de décès liés au cancer du sein a augmenté de 20% dans le monde entre 2008 et 2012 », poursuit le CIRC. Rien que sur l’année 2012, un total de 1,7 millions de cancers du sein a été diagnostiqué. Et 522 000 femmes en sont décédées

Nord-sud, le grand écart

En 2012, le cancer du sein a touché trois fois plus de femmes en Afrique de l’Est qu’en Europe occidentale. « En revanche, les taux de mortalité dans ces deux régions sont presque identiques, ce qui pointe clairement le diagnostic tardif et une survie beaucoup moins bonne en Afrique de l’Est », explique le Dr Christopher Wild, directeur du CIRC.

« Après le sein, le cancer colorectal et le poumon, le cancer du col utérin est la quatrième tumeur la plus fréquente chez les femmes dans le monde, avec 528 000 nouveaux cas en 2012 ». Et la prévalence y est encore une fois plus accrue dans les pays à faibles ressources de l’Afrique subsaharienne. « Des outils de dépistage peu coûteux et de faible technicité existent aujourd’hui. Et pourraient réduire sensiblement le fardeau des décès par cancer du col dans les pays les moins développés », explique le Dr Rengaswamy Sankaranarayanan, chercheur principal d’un projet de recherche du CIRC sur le dépistage du cancer du col en Inde rurale. Sans oublier bien entendu la vaccination contre certains papillomavirus humains (HPV)  recommandée en France,  aux jeunes filles de 11 ans à 14 ans.

Ecrit par Laura Bourgault – Edité par David Picot

Partager cet article