Cicatrices : les meilleures techniques pour les atténuer

[01 juin 2016 - 10h17] [mis à jour le 01 juin 2016 à 11h00]

Même en prenant toutes les précautions pour optimiser la cicatrisation, certains souvenirs d’acné, d’opérations ou de blessures restent très visibles. Mais les médecins disposent aujourd’hui d’un large éventail de possibilités thérapeutiques pour améliorer l’aspect des cicatrices.

Comme le rappelle en préambule la Société française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique dans la fiche d’information remise aux patients, il est impossible de faire disparaître complètement une cicatrice. L’objectif du dermatologue ou du médecin esthétique va être de la rendre la moins gênante, la plus discrète possible. Autre précision, il attendra généralement 1 ou 2 ans avant d’intervenir : l’aspect de la cicatrice peut en effet encore évoluer durant ce laps de temps.

La reprise chirurgicale. Elle s’adresse notamment aux cicatrices épaisses, recroquevillées, ne pouvant pas être traitées par le laser. Le médecin excise la cicatrise défectueuse puis la referme avec la technique de suture la plus adaptée pour espérer obtenir une nouvelle cicatrice plus discrète. En cas de cicatrices très étendues, il peut compléter son geste d’autres techniques (greffe de peau, expansion cutanée via des ballonnets gonflables…).

Le laser. Il permet d’améliorer l’aspect de cicatrices secondaires à une blessure, non ou mal suturée, ou à une intervention chirurgicale où le processus de cicatrisation s’est mal passé. Les meilleurs résultats sont obtenus au niveau du visage. Le laser dit fractionnel va aussi être utilisé pour estomper les cicatrices d’acné.

L’injection d’acide hyaluronique. Sur de petites surfaces, il est possible de combler les cicatrices creuses, non fibreuses, par des injections d’acide hyaluronique. Mais ce dernier étant résorbable, il faudra prévoir de renouveler l’intervention.

La dermopigmentation. Ce « tatouage médical » permet de recolorer une cicatrice devenue blanche suite à la disparition des mélanocytes, détruits par le traumatise subi par le derme.

Le peeling. C’est le traitement de référence sur des cicatrices d’acné.

A noter : même après une reprise de cicatrice, les résultats ne sont pas toujours ceux espérés. La qualité de la cicatrisation est en effet très variable d’un patient à l’autre et elle est le plus souvent imprévisible. Elle dépend de l’âge, de facteurs environnementaux, de la zone du corps concernée… Une seule certitude : le tabagisme et l’exposition au soleil sont des facteurs bien connus de moins bonne cicatrisation.

Partager cet article