Constipé ? L’herpès incriminé

[13 juin 2016 - 10h42] [mis à jour le 13 juin 2016 à 10h44]

Un lien entre la constipation et… le virus de l’herpès. C’est l’observation surprenante de chercheurs de la prestigieuse université américaine de Yale, dans le Connecticut. Ils auraient en effet découvert la présence d’herpes simplex de type 1 (HSV-1) dans des modèles murins, développés pour ce travail.

Certains patients atteints d’herpès indiquent souffrir de symptômes sans lien apparent, de type constipation ou rétention urinaire. Toutefois, le mécanisme de ces troubles n’avait jusqu’à présent pas été expliqué. Pour tenter de faire la lumière sur ceux-ci, l’équipe du Pr Akiko Iwasaki, spécialiste en immunobiologie à Yale et chercheur au Howard Hughes Medical Institute, a mis au point un modèle de souris herpétique. Les rongeurs étaient porteurs du virus HSV-1, le plus fréquent des herpès oraux et génitaux aux Etats-Unis et en Europe. « Les porteurs d’infection génitale à HSV-1 sont aujourd’hui 140 millions dans le monde », indique Akiko Iwasaki.

En étudiant ces animaux, ils ont constaté que le virus se propageait des parties génitales aux nerfs de l’épine dorsale. Puis ensuite dans les neurones du colon, lesquels étaient détruits par cette attaque. Ces dégâts occasionnés dans le colon empêchaient le mouvement de la nourriture dans le tractus digestif. Résultat, les souris souffraient de constipation.

Ces découvertes pourraient « aider les patients souffrant de maladies gastro-intestinales chroniques dont la cause reste inconnue », indiquent les chercheurs. « D’autres membres de la famille de l’herpès, comme celui d’Epstein-Barr virus, la varicelle ou le cytomégalovirus ont également été trouvés dans les neurones des colons de patients souffrant de constipation chronique et inexpliquée », poursuivent-ils. « Lorsqu’ils ne parviennent pas à déterminer la cause de troubles intestinaux, les médecins devraient penser à l’infection virale », concluent-ils.

Partager cet article

Aller à la barre d’outils