Contre le diabète de type 2, à vos guidons!

[01 août 2016 - 10h23] [mis à jour le 01 août 2016 à 10h27]

Comme toute discipline sportive, la pratique régulière du vélo éloigne le diabète de type 2. Ainsi selon des chercheurs danois, pédaler chaque jour réduit de 20% le risque de développer cette maladie chronique. Sur le long terme l’activité physique limite en effet la prise de poids, facteur favorisant la survenue de ce trouble métabolique chez les plus de 40 ans comme chez les jeunes.

Monter en selle pour chasser le diabète de type 2 ! Voilà une bonne habitude à mettre en place au quotidien !

Pour le prouver, l’équipe du Pr Martin Rasmussen (Université du Danemark du Sud) a suivi 24 623 hommes et 27 890 femmes. Tous étaient âgés de 50 à 65 ans. Tous les jours, les participants ont relevé le compteur kilométrique de leur vélo apposé pour l’étude. Et les totaux ont été additionnés 5 ans après le début de l’étude. Résultat, « que ce soit pour aller au travail ou pour le loisir, la pratique régulière du vélo diminue de 20% le risque de développer un diabète de type 2 ». Et ces bénéfices augmentent avec le temps passé à pédaler.

A partir de maintenant… et chaque jour !

« Il n’est jamais trop tard pour se mettre au vélo », constate les scientifiques. En effet, le diabète de type 2 se déclare progressivement. Il est donc possible de retarder voir d’éviter la survenue des premiers symptômes. « En moyenne, 5 à 10 ans peuvent s’écouler entre l’apparition des premières hyperglycémies et le diagnostic », peut-on lire sur le site de la Fédération française des diabétiques.

Autre point, la pratique du vélo peut s’intégrer dans les tâches du quotidien et ne nécessite pas forcément d’exercer un sport en club ou en salle à heures fixes. Idéal pour ceux qui consomment le sport avec modération. Enfin, cette manière de se déplacer tout en se dépensant permet de répartir les efforts sur plusieurs jours. Une bonne technique pour maintenir le métabolisme en forme et garder la ligne. Cette prévention par le cyclisme vaut pour toutes les générations. Principalement diagnostiqué chez les plus de 40 ans, le diabète de type 2 gagne en effet du terrain auprès des jeunes, conséquence directe d’une sédentarité quotidienne et d’une nutrition déséquilibrée.

Partager cet article