Après usage des autotests de dépistage du VIH/Sida, les réflexes d’hygiène et de sécurité de la part des usagers et des pharmaciens seraient insuffisants. « Un risque pour la collectivité » signalé à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida organisé le 1e décembre.

« Seule la moitié des personnes ayant utilisé un autotest de dépistage du VIH a rapporté l’autopiqueur dans un point de collecte du réseau DASTRI*, contre 33% en 2017  », révèle DASRI, éco-organisme agréé par l’Etat.

Ce dernier met « une petite boîte jaune à couvercle vert  à disposition des utilisateurs d’autotests de diagnostic pour maladies infectieuses transmissibles (et des patients en autotraitement) », depuis 2015, année du lancement de l’autotest du dépistage du VIH/SIDA en France. Et depuis cet été, une boîte de petit format donc plus pratique est utilisée.

Ce dispositif est à retirer gratuitement en pharmacie. Il suffit ensuite de déposer l’autotest dans la petite boîte et de « la rapporter dans l’un des 18 000 points de collecte du réseau DASTRI géolocalisé à l’adresse www.dastri.fr/nous-collectons/.

Protégez les autres

Ce réflexe de santé publique vient limiter la propagation du virus. Le risque de contamination dans la vie de tous les jours n’est pas anodin. Il arrive par exemple « qu’un agent de collecte ou de tri se pique avec un déchet de soin perforant jeté dans la poubelle destinée aux déchets ménagers. Il fait alors l’objet d’un traitement médical préventif et d’un suivi lourd ».

Et les spécialistes d’officine doivent eux aussi s’engager dans ce cycle du déchet. Aujourd’hui**, « seul 1 pharmacien sur 4 remet spontanément une petite boîte lors de la vente d’un autotest de dépistage du VIH ».

« A l’heure où les pratiques à risque sont difficiles à circonscrire, il est essentiel de lutter contre le VIH dans le contexte de la gestion des déchets issus du dépistage également », indique Laurence Bouret, déléguée générale de DASTRI. « L’implication de tous est nécessaire pour faire face à cet enjeu de santé publique ! »

Par précaution, si vous avez effectué un autotest sans que le pharmacien ne vous donne la petite boîte jaune DASRI, ne le jetez pas à la poubelle, même dans le sac à recyclé. Retournez dans votre officine pour vous procurez la boîte dédiée.

* baromètre DASTRI – Ifop 2018, Enquête menée auprès d’un échantillon de 373 personnes ayant déjà acheté un autotest de diagnostic VIH en pharmacie.
 
**Enquête menée par téléphone du 17 au 24 septembre, auprès d’un échantillon de 550 pharmaciens (490 en métropole et 60 en Outre-mer).

Partager cet article