Dépression : les personnes âgées aussi

[16 janvier 2018 - 16h25] [mis à jour le 17 janvier 2018 à 10h02]

Souvent associée aux adolescents et aux actifs, la dépression touche aussi les personnes âgées. Comment cette fragilité psychologique se déclare-t-elle ? Les symptômes des seniors sont-ils spécifiques ?

Contrairement aux idées reçues, « l’avancée en âge ne protège pas de la souffrance psychologique, c’est même l’inverse », explique le Dr Jean-Claude Montfort, neurologue et psychiatre. « La vulnérabilité psychique » prend en effet de l’ampleur avec le temps qui passe. Plus on vieillit, plus le vécu, les souvenirs… et donc le risque de traumatismes prennent de l’épaisseur. Ainsi, les troubles dépressifs touchent 15% à 30% des plus de 65 ans.

Quelles origines ?

Ils peuvent trouver leur origine dans « la perte de proches, la chute des revenus, les conflits familiaux, la solitude, les pathologies somatiques, les douleurs physiques, la résurgence d’un traumatisme enfoui depuis des années ». Sans compter le nombre de patients qui en souffrent en lien avec une maladie d’Alzheimer ou de Parkinson.

Par ailleurs, les crises existentielles traversent les âges. Il existe en effet des paliers pour passer de l’enfance à l’adolescence puis de la majorité à la trentaine avant de fêter ses 4 décennies. Et il en est de même pour la suite de la vie. Dès 50 ans, la prise de conscience de « la limite de l’existence » prend de plus en plus de place. La période 60-65 ans est souvent marquée « par la fin de l’activité professionnelle vécue comme une libération dans le meilleur des cas, mais parfois comme le deuil » d’un quotidien actif. Le palier des 70 ans est souvent associé « aux signes concrets des transformations et des limites physiques ». Après 85 ans, beaucoup de personnes sont dans « une démarche de deuil d’une certaine image de soi ».

Des symptômes spécifiques ?

Les symptômes les plus fréquents « sont les troubles du sommeil, de désir, de l’envie, une perte d’appétit, un amaigrissement, un repli sur soi », précise le Dr Thierry Gallarda, psychiatre et responsable du Centre d’évaluation des troubles psychiques et du vieillissement de l’hôpital Saint-Anne à Paris.

Comme l’enfant, la personne âgée aura tendance à ne pas extérioriser sa dépression. Souvent, le corps des personnes âgées traduit lui-même cette atteinte. Beaucoup de seniors somatisent en effet au point de développer des pathologies cardiaques en lien avec ces difficultés psychologiques. Mais tous les signes ne sont pas connus. A tel point que « la moitié des symptômes dépressifs des personnes âgées seraient négligés, méconnus ou mal traités ».

N’hésitez pas à consulter

Si vous ou l’un de vos proches âgés semble exposé à ce risque de dépression, tournez-vous vers le médecin généraliste, un psychologue ou un psychiatre ou un réseau gérontologique (toutes les adresses sont disponibles sur le site de la Société française de gériatrie et gérontologie en cliquant ici). Vous pouvez aussi demander de l’aide auprès des services de psychiatrie publics (Centre médico-psychologiques et les centres locaux d’information et de coordination).

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)