Des nanoparticules retrouvées dans des médicaments de la vie courante

[22 mars 2018 - 12h37] [mis à jour le 22 mars 2018 à 16h41]

L’association 60 millions de consommateurs vient de confirmer la présence de nanoparticules de dioxyde de titane dans 6 médicaments utilisés dans la vie de tous les jours. Une substance potentiellement cancérigène chez le rat dépourvue d’effet thérapeutique.

Des nanoparticules de dioxyde de titane (TiO2*), utilisées comme excipient**, ont été retrouvées par 60 millions de consommateurs dans 6 médicaments courants : Efferalgan 1G®, Spasfon®, Zyrtecset®, Nurofen 400 mg®, Doliprane poudre 200 mg® et Euphytose®. Une information révélée dans le numéro d’avril de l’association.

Le potentiel cancérigène chez le rat

L’Inra*** a récemment mis en avant le potentiel cancérigène de cette substance chez le rat. Des résultats certes « préliminaires », mais qui « incitent à la vigilance et à une analyse des risques chez l’Homme ». Par principe de précaution, 60 millions conseille de « privilégier les équivalents sans TiO2 … quand ils existent ». Difficile voire impossible alors que très peu d’équivalents existent, pointe du doigt l’association.

Autre point, « la mention nano n’apparaît jamais sur les notices ». Une absence de transparence liée au fait que « les fabricants profitent de l’absence totale d’encadrement concernant l’étiquetage des nanoparticules dans les médicaments ». Ainsi 60 millions de consommateurs demande à mettre en place les mêmes exigences d’étiquetage appliquées aux denrées alimentaires. C’est-à-dire indiquer la présence de nanoparticules lorsque leur dosage égale ou dépasse les 10% du produit final.
 
A noter : en août 2017, l’association rapportait cette même présence de nanoparticules de TiO2 dans certaines confiseries et gâteaux. Les aliments, les cosmétiques, les encres de tatouage sont aussi concernés.

*additif E171
**ingrédient dépourvu de fonction thérapeutique
***Institut national de la recherche agronomique

Partager cet article