DMLA : un fond de l’œil tous les ans

[22 juin 2015 - 17h24] [mis à jour le 22 juin 2015 à 17h25]

 affiche_web_dmla_front_gp_gdokPour dépister une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), un examen ophtalmologique doit être pratiqué chaque année et ce dès 55 ans. Et cette semaine, certains ophtalmologistes vous ouvrent leur cabinet pour justement vous proposer un examen du fond de l’œil. 

Organisées du 22 au 26 juin, les journées nationales d’information et de dépistage de la DMLA ont pour thème « l’invisibilité de la maladie ». Et pour cause, pour le patient, tout commence par une maculopathie liée à l’âge (MLA). « Le plus souvent asymptomatique, ce trouble évolue dans certains cas vers une DMLA pendant plusieurs mois voire plusieurs années sans aucun signe apparent », explique l’association DMLA.

Dans le cas d’une DMLA humide, des petits vaisseaux sanguins se multiplient sous la rétine sans que la personne n’éprouve aucune douleur. Puis un ou plusieurs symptômes surviennent de manière soudaine : une chute brutale de la vision, un ternissement des couleurs, une sensation de lettres manquantes dans un texte ou des difficultés à percevoir les détails.

Miser sur la prévention

Sans suivi médical, la DMLA humide peut s’aggraver en DMLA exsudative. Les vaisseaux de l’œil vont progressivement laisser passer du sérum et engendrer un soulèvement progressif de la rétine à l’origine d’écoulements de sang dans l’œil, autrement dit hémorragies rétiennes. « Lorsque ces signes sont là, la rétine est déjà endommagée », prévient l’association DMLA. Cette forme relève de l’urgence, « le temps devient alors un facteur déterminant pour la suite. Chaque heure qui passe peut entraîner des dommages tissulaires importants voire irréversibles. »

Une semaine pour consulter !

Si vous avez plus de 55 ans, il est donc recommandé de prendre rendez-vous chaque année chez un spécialiste pour limiter ces risques de complications. Du 22 au 26 juin, certains cabinets d’ophtalmologistes et services hospitaliers vous ouvrent leurs portes afin de bénéficier d’un examen du fond de l’œil. Lequel permettra « d’identifier les patients qui seraient atteints sans le savoir ou ceux qui présenteraient un risque élevé de développer la maladie ». Cliquez ici pour connaître le spécialiste le plus proche de chez vous !

Partager cet article