Dans un rapport publié ce 26 novembre, l’Office français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et Santé publique France dressent un état des lieux de la consommation de substances psychoactives. Non chez les jeunes cette fois, mais dans la population adulte…

Rendu public ce 26 septembre par l’Office français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et Santé publique France, le rapport Tendance vient compléter la publication de 2014 à ce sujet. Pour mener l’enquête, les spécialistes ont interrogé 20 665 personnes âgées de 18 à 64 ans par téléphone, pendant le 1e semestre 2017.

2,2% des adultes fument du cannabis au quotidien

En France, en 2017, le cannabis reste la substance illicite la plus consommée. « Au total, 45% des adultes en ont déjà fumé. Contre 42% en 2014 », apprend-on dans « le Baromètre santé 2017 sur les usages de drogues illicites des adultes ».

Si l’on prend du recul, la hausse des consommations est moindre entre 2014 et aujourd’hui, comparée aux données 2010-2014. Mais sur la seule année 2017, les chiffres relevés restent les plus élevés « depuis 25 ans ».

De façon stable, les hommes s’avèrent être les plus accros. En 2017 toujours, « plus de 5 hommes sur 10 ont déjà consommé du cannabis au cours de leur vie contre moins de 4 femmes sur 10 ».

MDMA, ecstasy…

Les drogues dures font bien moins d’adeptes.

Dans le détail, concernant les expérimentations, 5,6% des personnes interrogées ont déjà testé la cocaïne. Une donnée évaluée à 5% pour le cocktail MDMA/ecstasy, et 5,3% concernant la prise de champignons hallucinogènes. Des usages rapportés en très grande majorité chez les hommes et les moins de 35 ans.

Concernant l’usage rapporté sur l’année 2017, la courbe de la consommation de cocaïne atteint 1,6 % en 2017. Contre 1,1% en 2014. Et la part des consommateurs de plus de 25 ans a augmenté. Enfin, « les expérimentations des autres substances illicites (LSD, amphétamines, héroïne, crack) sont similaires entre 2014 et 2017 et ne dépassent pas 3 % ».

Ainsi, les conduites addictives font le grand écart entre les générations. De la même façon que les jeunes se sont mis à pratiquer le binge drinking, « les addictions adultes s’ouvrent aux produits illicites, et en premier lieu le cannabis », relève la Fédération Addiction.

Partager cet article