Ebola, les médecins manquent à l’appel

[13 août 2014 - 17h04] [mis à jour le 13 août 2014 à 17h48]

Face à la virulence de l’épidémie d’Ebola, l’Organisation des Nations Unies engage la communauté internationale à répondre à la pénurie de personnel médical en Afrique de l’Ouest. Son Secrétaire général, Ban Ki-Moon, appelle néanmoins à ne pas céder à la panique.

Pour freiner la propagation du virus Ebola, une politique sanitaire se met progressivement en place au Libéria, en Sierra Leone, en Guinée et au Nigeria où un 13ème cas a été recensé. Malgré tout, les ressources médicales restent insuffisantes pour venir en aide aux populations atteintes.

L’ONU appelle ainsi « la communauté internationale à répondre de toute urgence à la pénurie de médecins, d’infirmières et d’équipements dont des vêtements protecteurs et des tentes d’isolement pour affronter l’épidémie ».

« Eviter la panique et la peur »

Malgré la difficulté à faire passer les messages de prévention auprès des populations, Ban Ki-Moon s’est voulu rassurant. « Il faut éviter la panique et la peur. Ebola peut être évitée. Avec des ressources, des connaissances, une action rapide et de la volonté, les gens peuvent survivre à la maladie. Ebola a été contrôlée avec succès ailleurs, et nous pouvons le faire ici aussi », a-t-il souligné. Depuis le début de l’épidémie (décembre 2013), 1 975 cas ont été recensés dont  1  069 mortels.

Partager cet article