Rougeole : décès en France d’un homme de 26 ans

[27 juin 2018 - 15h44] [mis à jour le 27 juin 2018 à 15h49]

L’épidémie de rougeole perdure en France. Alors que l’infection potentiellement grave peut être prévenue par la vaccination, le nombre de nouveaux cas ne baisse pas. Après la mort en février d’une patiente de 32 ans à Poitiers, un nouveau décès vient d’être annoncé par Santé publique France. Le jeune homme de 26 ans, immunodéprimé, a sans doute été contaminé par un proche non vacciné.

Malgré les campagnes de vaccination menées par les autorités sanitaires, la rougeole ne recule pas. Le décès d’un jeune homme de 26 ans illustre la dangerosité de l’infection par ce virus. Notamment chez les personnes fragiles. La victime est la seconde à succomber cette année en France. Par ailleurs, un adolescent de 17 ans présente actuellement un pronostic réservé. « Tous deux immunodéprimés, [ils] ont probablement été contaminés par un proche non vacciné », indique Santé publique France.

Protéger les plus fragiles

« Ces cas témoignent de la nécessité de protéger les personnes à risque de formes graves et non vaccinables, via leur entourage grâce à une immunité de groupe optimale », souligne l’autorité. En d’autres termes, la vaccination de tous ceux qui peuvent en bénéficier est essentielle pour protéger toute la population, et notamment les plus fragiles. Parmi elles, citons les personnes immunodéprimées, les nourrissons et les femmes enceintes.

D’ailleurs, l’incidence la plus élevée concerne les enfants âgés de moins de 1 an avec un taux à 27,2 pour 100 000 habitants.

Une épidémie en stagnation

Malgré une baisse du nombre de cas hebdomadaires, ce dernier stagne actuellement à environ 50 depuis le début du mois de mai. Et ce, après une ascension rapide sur les premières semaines de 2018 et un pic épidémique observé au cours de la semaine du 26 mars.

« Actuellement, aucun département n’atteint le taux requis de 95% de couverture vaccinale à 2 ans pour les 2 doses de vaccin permettant d’interrompre la circulation du virus », souligne Santé publique France. « Seuls 7 départements ont une couverture comprise entre 85% et 90% pour les 2 doses. » Par conséquent, « la France n’est toujours pas à l’abri de nouvelles vagues épidémiques d’ampleur importante dans les années à venir, comme cela a été observé en métropole entre 2008 et 2012 ou dans plusieurs autres pays européens au cours de ces dernières années », insistent les autorités sanitaires.

La plupart des cas chez des sujets non ou mal vaccinés

Afin de lutter contre ce risque, « les professionnels de santé doivent vérifier systématiquement, et mettre à jour le statut vaccinal vis-à-vis de la rougeole de toute personne âgée d’au moins 12 mois ou née après 1980 », rappelle Santé publique France. En outre, « la mise en évidence de plusieurs foyers nosocomiaux doit inciter les soignants à mettre rapidement à jour leur propre statut vaccinal », conclut-elle.

Partager cet article