Le fast-food agresse-t-il le système immunitaire ?

[17 janvier 2018 - 10h03] [mis à jour le 17 janvier 2018 à 10h04]

Selon des chercheurs allemands, le fast-food provoquerait sur l’organisme les mêmes dégâts qu’une infection bactérienne. Une étude réalisée à partir de tests menés chez la souris.

Pour évaluer l’impact d’une alimentation de type fast-food sur l’organisme, des chercheurs allemands de l’Université de Bonn ont soumis pendant un mois des souris à un régime riche en graisses, en sucres et pauvres en fibres.

Résultats, « la réaction du système immunitaire était similaire à celle d’une infection bactérienne dangereuse », décrivent les scientifiques. « Le nombre de cellules immunitaires (granulocytes, monocytes) dans le sang a significativement augmenté. »

Un déséquilibre irréparable ?

Les chercheurs ont ensuite formé deux groupes de souris : le ‘fast-food’ et le ‘régime sain’. « Contrairement au groupe ‘régime sain’, des activations de gènes au niveau des cellules de défense sont apparues chez les rongeurs du groupe ‘fast-food’ », explique le Pr Joachim Schultze, auteur de l’étude.

« Quand ces souris exposées au gras et au sucre ont finalement retrouvé une nourriture normale, l’inflammation du système immunitaire a disparu. Mais la plupart des gènes des cellules immunitaires étaient toujours actifs 4 semaines après l’expérience ». Ce phénomène épigénétique prouve « que le système immunitaire dispose bien d’une mémoire ».

A noter : dans le temps, ces réponses inflammatoires augmentent le risque de développer un diabète et une athérosclérose*.

*accumulation de lipides sur la paroi des artères, favorisant l’angine de poitrine, l’infarctus du myocarde, l’accident vasculaire cérébral et l’artérite des membres inférieurs

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)