Face à la situation déplorable dans laquelle sont plongés les Syriens de la Ghouta orientale, l’Organisation mondiale de la Santé apporte du renfort. Ouverture d’un centre d’urgence, livraison de médicaments… tout est déployé pour apporter de l’aide aux locaux souffrant, entre autres, de malnutrition et de maladies chroniques.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) déploie son aide auprès des Syriens de la Ghouta orientale*. Face à l’escalade des violences dans cette zone, les besoins sanitaires ne font qu’augmenter. L’OMS a donc ouvert « un centre d’opérations urgentes actif 24 heures sur 24 pour prêter assistance aux dizaines de milliers de syriens réfugiés dans les abris collectifs ». A ce jour, l’organisation y assure 550 consultations quotidiennes. « Au total, 9 tonnes de matériel médical ont été acheminées. »

Des civils privés de lumière

Les civils qui arrivent dans les refuges sont « épuisés, traumatisés. Enormément de personnes ont passé des semaines cachées en sous-terrain pour éviter les violences ». Faute d’exposition à la lumière naturelle, « beaucoup souffrent de carences vitaminiques et de symptômes de maladies cutanées. La plupart sont aussi atteint de malnutrition, pendant que d’autres présentent des maladies chroniques qui nécessitent une prise en charge en urgence », détaille Elizabeth Holff, représentante de l’OMS en Syrie.

Les renforts de l’OMS sont également tournés vers les patients souffrant de diarrhées et d’hépatite B. Enfin, « beaucoup de petits ne sont pas vaccinés depuis plusieurs années et présentent un risque élevé de contracter des graves maladies comme la rougeole et la poliomyélite. »

A noter : depuis le 11 mars, l’OMS a aussi participé au transfert de 277 patients à l’hôpital de Damas.

*zone rebelle prise d’assaut par les forces syriennes

Partager cet article