Hépatites B et C : près de 60 000 nouveaux cas en 2015

[28 juillet 2017 - 14h20] [mis à jour le 28 juillet 2017 à 14h30]

Un total de près de 60 000 cas d’hépatites a été rapporté à travers les pays de l’Union européenne sur l’année 2015. Parmi eux, 24 753 diagnostics d’hépatite B et 34 651 pour l’hépatite C. Sur ce continent comme à l’échelle planétaire, des progrès en termes de prévention et de dépistage sont indispensables pour atteindre l’objectif d’éradication fixé à 2030. Le point à l’occasion de la Journée mondiale organisée ce 28 juillet.

A ce jour, « 86% des 28 pays examinés ont fixé des cibles pour l’élimination de l’hépatite et plus de 70% ont commencé à élaborer des plans nationaux pour permettre l’accès à une prévention efficace, au diagnostic et aux services de soins », note l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à l’occasion de la Journée mondiale des hépatites organisée ce 28 juillet.

L’Organisation met l’accent sur la nécessité de prolonger ces efforts, notamment dans l’accès aux molécules efficaces contre l’hépatite B et C. A titre d’exemple, les antiviraux à action directe (AAD) permettent une guérison totale de l’hépatite C en 3 mois. Mais leurs prescriptions restent insuffisantes : « en 2015, seules 7% des 71 millions de personnes infectées par ce virus avaient accès au traitement ». Or « il n’y a tout simplement aucune raison pour que des millions et des millions de personnes ne puissent avoir accès à un traitement dont elles ont absolument besoin. » Tout récemment, l’OMS a donc « ajouté un nouveau traitement générique à sa liste des médicaments préqualifiés contre l’hépatite C, afin d’étendre l’accès à la thérapie ».

Et en Europe ?

En Europe, l’hépatite B touche 4,7 millions de personnes et l’hépatite C en atteint, elle, 3,9 millions. Déjà très importants, ces chiffres ne sont en fait que des estimations. En effet, « mal informés des risques de contamination, beaucoup de personnes passent à côté des tests de diagnostic », souligne Andrea Ammon, directrice de l’ECDC**.

« Il y a urgence à ce que les pays renforcent leurs dispositifs de surveillance, notamment sur les chaînes de transmission virale », souligne l’ECDC. En effet, aujourd’hui, « moins de la moitié des pays de l’UE possèdent un guide officiel de dépistage des hépatites. Et peu d’Etats sont en mesure de fournir des statistiques précises concernant l’estimation des infections passées entre les mailles du diagnostic ».

« La couverture préventive et la continuité des soins doivent gagner du terrain pour atteindre l’objectif d’éradication des hépatites dans le monde d’ici à 2030 », complète l’ECDC qui souligne l’urgence de déployer les tests de diagnostic pour favoriser les dépistages précoces. « D’importants efforts sont à réaliser pour réduire à la fois la souffrance et le coût liés au fléau des hépatites ».

A noter : A travers l’Union européenne, le taux de nouvelles infections d’hépatite C a augmenté de 26% entre 2006 et 2015.

*European center for disease prevention and control

Partager cet article