Les grandes marées, c’est le pied pour la pêche !

[22 août 2013 - 16h21] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h57]

N’oubliez pas grattoir, seau et autre couteau. ©Phovoir

Jusqu’au samedi 24 août, les plus grandes marées de l’année sont attendues sur le littoral atlantique. De quoi ravir les amateurs de pêche à pied, d’autant qu’ils sont nombreux à être toujours en vacances. Cette activité ludique n’est toutefois pas dénuée de risques. Voici donc quelques conseils – aussi bien pour la récolte que la préparation – histoire  de terminer l’été en beauté.

Surveillez l’heure. Premier élément à prendre en compte, les horaires de marée. Entre les mairies, les calendriers, ou tout simplement Internet, les sources d’information ne manquent pas. La pêche à pied doit se dérouler durant la marée descendante. Débutez-là environ 1h30 avant que la mer soit totalement basse. Et lorsque c’est le cas, il est déjà temps de… revenir afin de ne pas se laisser piéger par la remontée des eaux. Laquelle en fonction de la topographie des lieux, peut venir de tous les côtés, vous contourner et vous isoler. Ayez également à l’esprit que les bras lourdement chargés, vous mettrez davantage de temps à regagner votre point de départ.

 Ne partez jamais seul. Le fait de partir à plusieurs peut faire l’objet d’une saine compétition entre les pêcheurs (« Lequel sera le plus efficace ? »). Mais surtout, cette stratégie vous permettra de veiller les uns sur les autres. Autre conseil de bon sens, emportez un téléphone portable. Il vous permettra de donner l’alerte en cas de nécessité. Prévenez également une personne restée à terre de l’heure prévue de votre retour.

 Un bon pêcheur… Un coin très fréquenté n’est pas obligatoirement synonyme de qualité. En filtrant de grandes quantités d’eau, les coquillages concentrent planctons toxiques, métaux lourds et jusqu’à 100 fois les bactéries et les virus présents dans l’eau de mer.

Les germes les plus souvent en cause d’intoxication alimentaire (Escherichia coli par exemple) provoquent essentiellement des troubles gastroentériques. Alors avant de vous lancer, faites un passage par la mairie ou encore sur le site Internet l’Agence régionale de Santé qui gère la zone de pêche.

Comment les préparer ? Evidemment, pêchez des spécimens vivants et en bon état. Eliminez les coquillages ébréchés ou ouverts et ceux dont l’odeur est suspecte. Avant de le consommer, lavez soigneusement le fruit de votre récolte et consommez-le rapidement, le jour même de préférence. Et si vous souhaitez faire cuire vos coques et autres palourdes, rien de plus simple. Après les avoir lavées, déposez-les dans une casserole sur un feu vif. Recouvrez et remuez de temps en temps. Quelques minutes suffiront à les ouvrir. Natures, c’est un vrai régal ! Avec quelques herbes aromatiques, c’est également excellent.

Enfin, la consommation de coquillages récoltés par pêche à pied de loisirs est déconseillée à certaines personnes comme les femmes enceintes, jeunes enfants, patients immunodéprimées ou personnes âgées notamment. Les fruits de mer font aussi partie des allergènes alimentaires les plus fréquents. Ils sont susceptibles de causer de graves effets indésirables chez les personnes souffrant d’allergies. A éviter donc si vous vous connaissez une prédisposition.

Un poids maximal…Sachez enfin qu’il existe des consignes de bonnes pratiques à respecter. Elles concernent la taille minimale des coquillages et les quantités maximales, à savoir :

  • Pour les  moules : 4 cm et 5 kg par personne et par marée ;
  • Pour les coques : 3 cm et 5 kg par personne et par marée ;
  • Pour les palourdes : 4 cm et 3 kg par personne et par marée.

Pour en savoir davantage, rendez-vous sur le site de la Société nationale de sauvetage en mer (S.N.S.M.) ou sur celui de la Direction des territoires et de la mer.

Ecrit par : Vincent Roche- Edité par : David Picot

Partager cet article