Le laboratoire pharmaceutique Biogen va demander une autorisation de mise sur le marché américain pour sa molécule aducanumab contre la maladie d’Alzheimer. Des effets étonnamment efficaces sur les symptômes de la pathologie ont motivé l’industriel. Lequel avait pourtant interrompu ses essais cliniques précocement. Explications.

Le laboratoire américain Biogen fait marche arrière. Après avoir interrompu ses études cliniques sur la molécule aducanumab, il annonce désormais son intention de demander une autorisation de mise sur le marché (AMM) contre la maladie d’Alzheimer à la Food and Drug Administration (FDA) américaine en 2020.

Les premiers résultats des études menées par le laboratoire sur ce médicament étaient décevants. Ce qui l’a amené à interrompre ses travaux. Mais des analyses complémentaires effectuées sur ces mêmes essais cliniques, auprès d’une plus large cohorte exposée à de plus fortes doses ont montré une efficacité surprenante. Ce qui a convaincu l’industriel de changer de stratégie.

23% de symptômes cognitifs en moins

En effet, exposés à de fortes doses, les patients inclus dans l’essai ont montré une amélioration nette aux tests cognitifs et de fonctions de mémoire, d’orientation et de langage. « S’il est approuvé, aducanumab deviendrait le premier traitement à réduire le déclin clinique associé à la maladie d’Alzheimer », indique Biogen. En effet, comparé aux participants sous placebo, ceux ayant bénéficié de la molécule ont vu leurs symptômes réduits de 23%.

Le nombre de plaques amyloïdes étaient là encore diminué. L’autorisation de ce médicament « validerait donc également l’hypothèse selon laquelle le fait de retirer des plaques amyloïdes entraînerait des effets cliniques positifs ».

A noter : dix millions de patients souffrent de la maladie d’Alzheimer dans le monde. Elles sont environ un million en France.

Partager cet article