Médicament : un rapport pointe les failles des autorités

[03 septembre 2018 - 11h24] [mis à jour le 03 septembre 2018 à 16h16]

Quelles failles du système de santé expliquent l’affaire désastreuse du Levothyrox ? Un rapport commandé par la ministre de la Santé, rendu ce 3 septembre, pointe du doigt le comportement des autorités sanitaires dans l’information sur les médicaments en général. Les auteurs soumettent en outre une série de recommandations pour éviter à l’avenir les scandales du médicament.

L’arrivée de la nouvelle formule du Levothyrox a déclenché une crise sanitaire. De très nombreux patients ont affirmé avoir souffert d’effets secondaires à ce changement. Or la réaction des autorités sanitaires ne s’est pas révélée à la hauteur. C’est ce qu’estiment Magali Leo et le Dr Gérald Kierzek*, les auteurs du rapport sur « l’amélioration de l’information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament » rendu ce 3 septembre à Agnès Buzyn.

Et le Levothyrox n’est pas l’unique épisode sanitaire malheureux de ces dernières décennies (Médiator, Dépakine…). « Face à ces crises récurrentes, [les auteurs du rapport ont] constaté que l’édifice construit au fil des années autour de l’information sur le médicament […] connaissait des failles ». Dans le détail, « soit ces règles se trouvent dépassées par la nouvelle société connectée, soit elles favorisent la rétention des informations les plus pertinentes. »

Parmi ces défaillances, les « remontées [de la part des patients et des professionnels de terrain] dans les dispositifs de veille sanitaire (comme l’ouverture aux usagers de la plateforme de signalement des événements indésirables) ne semblent [pas] intéresser les pouvoirs publics », se désolent les auteurs. Ainsi dans l’affaire du Levothyrox, les plaintes des patients ont rapidement été mises en doute.

« Une chaîne de communication continue »

Afin d’améliorer le fonctionnement du médicament, les auteurs du rapport proposent qu’ « autorités sanitaires, professionnels de santé et patients [soient] reliés par une chaîne d’information et de communication continue et circulaire ». En clair, ils proposent « de créer une plateforme Médicament Info Service, composée d’un site internet (www.medicament-info-service.fr) à destination du grand public et des professionnels de santé et d’une ligne téléphonique à destination de ces derniers ».

En outre, « s’il est difficile de tout prévoir, les autorités sanitaires se doivent en revanche de s’organiser et de s’outiller dans la perspective de la survenue [de crises sanitaires] ». En créant notamment « une cellule collégiale, appelée Vigimédicament [qui] pourrait venir structurer le process d’anticipation et de gestion de crise », développent les auteurs du rapport.

Enfin des acteurs écoutés ?

Dans ce contexte, « la défiance s’est installée dans le pays – entre les patients et les autorités sanitaires, ou envers les industriels en général ». Pour tente de l’enrayer, « les professionnels de terrain, les usagers et associations de patients, doivent être reconnus comme étant des acteurs clés et écoutés du suivi en vie réelle », concluent les auteurs.

Agnès Buzyn a salué « la pertinence des recommandations de la mission ». Et s’est engagé à suivre ses recommandations afin « d’améliorer la qualité et l’efficacité de l’information sur le médicament ». A suivre.

*respectivement responsable du plaidoyer de l’Association Renaloo et praticien hospitalier et chroniqueur santé

Partager cet article