Parents, ne négligez pas votre couple !

[16 septembre 2016 - 11h08] [mis à jour le 16 septembre 2016 à 11h09]

Le cinéma, c’est forcément en famille devant un dessin animé ? Vous ne vous souvenez plus de votre dernier dîner en amoureux, les yeux dans les yeux ? Vite, il faut réagir. Passer du temps sans vos bambins va vous faire le plus grand bien… et à eux aussi !

Non, rêver de quelques heures sans votre progéniture ne fait pas de vous de mauvais parents. Comme le dit si justement la psychanalyste Lyliane Nemet-Pier, « l’amour parental est paradoxal : si on a le désir d’être parents, si on fait tout pour le devenir, on n’en trouve pas moins ses enfants encombrants à certains moments ». Accepter les sentiments contradictoires qu’ils nous inspirent, pouvoir en faire part à son conjoint ou à une bonne copine puis réussir à se dégager des moments sans eux : voilà le secret pour ne pas avoir, comme près d’1 Français sur 2, la nostalgie de sa vie pré-parentale.

Se retrouver en tête à tête quand les semaines ressemblent à des marathons, c’est vrai, cela demande un peu d’organisation. Mais c’est indispensable pour entretenir la flamme malgré les tensions du quotidien et la fatigue. Si vous avez la chance d’avoir des grands-parents disponibles à proximité ou si vous pouvez prendre une baby-sitter, confiez-leur vos enfants le temps d’une soirée ou d’un week-end.

Pensez aussi aux amis dans la même situation que vous : un dimanche vous prenez leurs bouts de choux et la fois d’après vous inversez les rôles. Autre solution : ritualiser un déjeuner ou un footing en amoureux une fois par semaine. Cela vous semble encore trop ambitieux ? A la maison, une fois les enfants couchés, obligez-vous au moins à décrocher de vos écrans individuels. Prenez un bain ensemble, regardez une série qui vous plaît blottis sur le canapé, parlez de tout et de rien en écoutant de la musique…

Si vous n’êtes plus habitués à partager ce genre de moments, vous risquez de trouver tout cela un peu artificiel au début. Peut-être serez-vous même mal à l’aise et aurez-vous l’impression que vous n’avez rien à vous dire. C’est normal. Ne placez pas la barre trop haut, ne vous découragez pas, le plaisir d’être à deux revient vite.

Partager cet article