Plus de 2 milliards de personnes n’ont pas d’eau potable à domicile

[17 juillet 2017 - 14h28] [mis à jour le 18 juillet 2017 à 15h56]

Au total, un tiers de la population mondiale n’a pas accès à l’eau potable dans son foyer. Et six personnes sur dix ne bénéficient pas d’accès à un assainissement sûr. Des carences sanitaires – principalement dans les zones rurales – relevées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Unicef.

« Quelque 2,1 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à des services d’alimentation domestique en eau potable », apprend-on dans un rapport* de l’OMS et de l’Unicef publié le 12 juillet. Un fléau particulièrement rapporté dans les zones rurales, en augmentation en Afrique subsharienne et en Océanie du fait de la croissance démographique .

Autre point, 4,5 milliards de personnes « ne disposent pas de services d’assainissement gérés en toute sécurité ».
Et beaucoup ne disposent pas d’un point d’eau à proximité de chez eux. Dans le détail :

– 263 millions vivent à plus de 30 minutes du premier point d’eau ;
– 159 millions continuent à boire de l’eau de surface non traitée puisée dans des cours d’eau ou dans des lacs.

Ces ressources répondent pourtant à des besoins primaires. « Avoir accès à l’eau salubre, à l’assainissement et à l’hygiène à domicile ne devrait pas être un privilège exclusivement réservé aux riches vivant en milieu urbain », relève Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

Un risque élevé de diarrhée

Certes depuis l’année 2000, la couverture des besoins en eau potable a nettement progressé. Mais « ces services ne fournissent pas nécessairement une eau et un assainissement sûrs ». Par ailleurs, « de nombreux foyers, centres de santé et écoles n’ont pas d’eau ni de savon pour le lavage des mains ». Ce manque d’équipement sanitaire expose « l’ensemble des personnes fréquentant ces lieux, et surtout les enfants, au risque de maladies telles que la diarrhée ». Un trouble à l’origine de 361 000 décès chez les moins de 5 ans chaque année dans le monde. « La piètre qualité des installations sanitaires et l’eau contaminée favorisent également la transmission de maladies comme le choléra, la dysenterie, l’hépatite A ou la typhoïde ».

A noter : selon les objectifs de développement durable, l’accès universel aux services élémentaires est prévu d’ici à 2030. Mais les progrès rapportés dans 90 pays sont si lents « qu’ils ne permettront pas d’atteindre la couverture universelle ».

*Programme commun OMS/UNICEF de suivi de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement (JMP) intitulé Progrès en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène : mise à jour 2017 et évaluation des ODD

Partager cet article