Protection solaire : la classe estivale ?

[08 juillet 2016 - 13h37]

Adeptes des lunettes de soleil, les jeunes seraient peu soucieux de leur caractère protecteur. Souvent portés pour l’effet de style, ces dispositifs constituent pourtant de précieux filtres contre les rayons UV. La belle saison fait ses premiers pas, il est donc temps de choisir la paire de bonne qualité pour rester protégé tout l’été. 

Les lunettes de soleil sont loin d’être boudées par les jeunes. Ainsi en 2016, « chez les 16-24 ans, trois volontaires sur quatre [en] possèdent au moins une paire », peut-on lire dans le dernier baromètre de la santé visuelle publié par l’Association nationale pour l’amélioration de la vue (AsnaV).

Mais ces derniers perdraient de vue leur fonction protectrice. « Ils sont plus attirés par le look ou la marque de la paire de lunettes que par sa qualité de protection contre les rayons UV ». La preuve, à la question « quel premier critère vous pousse à en acheter ? », la population générale répond « la qualité de filtration des UV » à 54%. Les jeunes penchent en revanche à 70% pour l’esthétique. Ils sont d’ailleurs plus nombreux (+16%) à avoir cet avis comparé au baromètre 2015. Et les bienfaits protecteurs arrivent en seconde position avec 52% de répondants.

Responsables de la santé de leurs enfants, les parents sont plus soucieux sur cette question. En effet, 66% des pères et mères placent en première ligne la fonction protectrice des lunettes de soleil achetées pour leurs petits. Bémol cependant, ce chiffre est en recul de 11 points comparés au baromètre 2015.

Faire le bon choix

Si le port de lunettes de soleil va de pair avec les vacances, l’usage de ces dispositifs vaut aussi dans la rue, en déjeuner à l’extérieur comme au volant. Ainsi 84% des volontaires interrogés dans le baromètre 2016 expliquent en avoir besoin pour conduire. Que vous partiez en vacances ou non, assurez-vous donc de choisir des lunettes de bonne qualité. Premier réflexe, rendez-vous chez un opticien, gage de sécurité incomparable par rapport aux produits vendus dans les boutiques ou sur les marchés. Et « sans pour autant négliger le look », assurez-vous de la présence du « marquage CE incrusté de préférence dans les branches » et associée à une protection de niveaux 3 ou 4.

Partager cet article