Pendant le Ramadan, suivez le bon régime…

[03 juillet 2013 - 14h17] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h57]

Cette année le Ramadan se déroule du 9 juillet au 8 août. ©Phovoir

Stricte abstinence pendant la journée, suivie d’excès nocturnes. Le Ramadan (qui se tient cette année du 9 juillet au 8 août) modifie la façon de s’alimenter des pratiquants. La nourriture riche en sucre et en graisse est souvent privilégiée. Les hypoglycémies diurnes ne sont alors pas rares. Pour éviter toute carence, voici quelques conseils qui vous aideront à passer ce moment en toute sérénité.

Jeûner le jour, manger la nuit. Durant le Ramadan, les apports alimentaires augmentent de façon spectaculaire dans un laps de temps court. « Il faut donc veiller à structurer les prises alimentaires autour de 3 repas et éviter de grignoter continuellement tout au long de la soirée », explique l’Association française des diabétiques. « Un petit déjeuner pris très tôt, un déjeuner  – à la rupture du jeûne- et un dîner dans la nuit sont idéaux. L’hydratation – eau, thé, café – doit être suffisante et régulière… »

En pratique :

  • Pour rompre le jeun – et avant même de manger- commencez par boire. Voilà qui aidera votre organisme à se réhydrater. Ensuite, ne surchargez pas votre estomac en voulant rattraper le retard. Débutez par exemple par une soupe et attendez une heure ou deux avant de faire un repas plus conséquent ;
  • Lors de ce repas, pensez aux vitamines et autres minéraux. Ainsi devra-t-il être composé de sucres lents (riz, pâtes, semoule…) pour l’énergie ; de viande, poisson, œuf, fromage ou lentilles pour les protéines ; de légumes et fruits frais pour les vitamines et les fibres. Sans oublier de vous hydrater en abondance, dès la rupture du jeûne et avant sa reprise ;
  • Pensez aussi aux oléagineux (noix, noisettes…) et aux fruits secs comme les dattes qui permettent de fournir de l’énergie tout au long de la journée ;
  • Ne succombez pas à la tentation de vous jeter sur les premières pâtisseries venues. Délicieuses certes, elles ne combleront pas votre faim et ne seront d’aucune aide pour tenir le cap ;
  • Enfin, évitez de consommer trop d’épices, d’aliments frits et/ou trop gras, trop sucrés, trop salés. Responsables d’irritations de l’estomac, ils peuvent entraîner des douleurs ou des ballonnements.

Et bien entendu, ne présumez pas de vos forces. N’hésitez pas à rompre le jeûne si vous êtes victime d’un malaise. Le mieux reste encore d’en parler avec votre médecin.

Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Partager cet article