Vers l’élimination du cancer du col de l’utérus en Australie ?

[21 mars 2018 - 11h11] [mis à jour le 21 mars 2018 à 11h17]

Dans les prochaines 40 années, l’Australie pourrait devenir le premier pays à éliminer le cancer du col de l’utérus. Preuve de l’efficacité du vaccin anti-HPV, en particulier s’il est délivré gratuitement à la fois aux filles et aux garçons.

Selon une étude publiée par l’International Papillomavirus Society, « le cancer du col de l’utérus pourrait disparaître d’Australie dans les 30 à 40 années à venir », affirme l’équipe du Pr Suzanne Garland*. « Le nombre de nouveaux cas enregistrés chaque année dans le pays pourrait passer de 930 à quelques-uns. »

Les scientifiques prévoient en effet un déclin radical du Human Papilloma Virus (HPV) grâce aux efforts déployés en matière de prévention, notamment via le vaccin anti-HPV.

Un vaccin anti-HPV gratuit pour les filles et les garçons

En effet, en Australie, « la couverture vaccinale et le taux de dépistage sont élevés », grâce à une politique volontariste en la matière. Le vaccin anti-HPV est distribué gratuitement dans les écoles pour les jeunes âgés de 12 à 13 ans, depuis 2007 pour les filles et depuis 2013 pour les garçons.

Ces efforts semblent avoir porté leurs fruits. Dans une étude publiée en février 2018**, le Pr Garland observait ainsi une nette diminution des infections dans la population féminine, liée à l’efficacité du programme vaccinal. « Ces 10 dernières années, chez les jeunes femmes âgées de 18 à 24 ans, l’incidence des contaminations par HPV est passée de 22,7% à 1,1%. Sur cette période, 53% des jeunes de cette génération était vacciné. Et une baisse des nouvelles contaminations chez les garçons est aussi observée. »

A noter : le  virus HPV est à l’origine de « 99,9% des cancers du col utérin, 90% des cancers de l’anus, 65% des tumeurs du vagin, 50% des tumeurs de la vulve, 35% des tumeurs du pénis et 60% des cancers amygdales et de l’arrière de la langue », précise le Pr Garland.

*Royal Women’s Hospital et l’Université de Melbourne
**Journal of Infectious Diseases

Partager cet article