Viande rouge : risque de cancer colorectal, mais pas que…

[21 novembre 2017 - 11h44] [mis à jour le 21 novembre 2017 à 17h36]

La consommation de viande rouge et de charcuterie est connue pour augmenter le risque de cancer colorectal. Mais ces protéines feraient également le lit d’autres tumeurs, localisées notamment dans le sein.

Depuis avril 2017, le Haut Conseil de la santé publique (HSCP) fixe à 500 grammes la consommation maximale de viande rouge par semaine, et à 150 g celle de charcuterie. Une décision prise suite à la publication de travaux* confirmant le lien entre la consommation de ces protéines animales et l’élévation du risque de développer une tumeur colorectale.

Le cancer du sein aussi concerné

Mais qu’en est-il des autres cancers ? Pour le savoir, des scientifiques de l’Inserm ont analysé au sein de la cohorte NutriNet-Santé les données de 61 476 personnes. Parmi elles, 1 600 cas de cancers ont été diagnostiqués entre 2009 et 2015. Dans ces documents figuraient « le détail de leur consommation alimentaire sur 3 jours, rapporté tous les 6 mois, indiquant tous les aliments et boissons ingérés ainsi que la taille des portions ».

Résultats, « le risque de cancer du sein augmente avec la consommation de viande rouge ». Déjà en 2014, ces aliments étaient accusés d’augmenter l’incidence du cancer du sein, selon les données de l’équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (EREN), issues de la cohorte SU.VI.MAX rassemblant 13 000 personnes.

Et tous cancers confondus, ce lien de cause à effet est aussi confirmé. « Ainsi, les 20% de personnes consommant le plus de viande rouge (près de 100g/jour en moyenne) voient leur risque de développer un cancer augmenter de 30% par rapport aux 20% qui en mangent le moins (40g par jour en moyenne). »

*issus de Centre international de recherche sur le cancer, du World cancer research found et de l’Institut national du cancer

Partager cet article