Migraines : des compléments vitaminiques pour les jeunes ?

[17 juin 2016 - 14h49] [mis à jour le 17 juin 2016 à 15h11]

De l’enfance à l’entrée dans la vie adulte, les migraines sont souvent le fruit d’une carence en vitamines. Une corrélation déjà connue. Mais associés à des médicaments contre la migraine, « des compléments alimentaires peuvent réduire l’impact de la maladie », ont révélé des scientifiques américains.

Chez l’enfant, l’adolescent et le jeune adulte, les migraines trouvent souvent leur origine dans un déficit en vitamine D (calciférol), en vitamine B2 (riboflavine) et en coenzyme Q 10. « Un complexe vitaminique essentiel à la production d’énergie de chacune des cellules de l’organisme ». Ce lien de cause à effet entre migraines et carences a déjà été prouvé. Mais aucune étude n’a mesuré l’efficacité des compléments alimentaires dans la diminution de la fréquence et de l’intensité des céphalées.

Pour en savoir plus, l’équipe du Pr Suzanne Hagler, auteur de l’étude et chef du pôle de neurologie du Cincinnati Children’s Hospital Medical Center (Ohio), a suivi des jeunes migraineux. Pour chacun des volontaires, les bilans sanguins révélaient des carences en vitamines D, B2 et en coenzyme Q10.

En prévention de migraines

Deux groupes ont été formés : le premier a pris des compléments en vitamines en plus des traitements contre la migraine. Dans le second groupe, seule une prescription de compléments a été délivrée. Résultat, les épisodes de migraines se sont espacés et atténués chez les jeunes du premier groupe uniquement. Preuve d’une complémentarité entre suppléments vitaminiques et médicaments antimigraineux.

Autres données, les volontaires sujets aux migraines chroniques étaient davantage carencés comparés aux migraineux épisodiques. Le degré de carence varie en fonction du sexe : les déficits en coenzyme Q10 étaient plus fréquents chez les filles et les jeunes femmes. La population masculine était en revanche plus sujette au manque de vitamine D.

Et dans l’assiette ?

Dépendant de l’exposition à la lumière naturelle, le capital en vitamine D est à puiser dans les fruits de mer, les poissons gras (hareng fumé, saumon, maquereau). La vitamine B2 se trouve dans les fromages à pâte molle, les noix, les noisettes, ou encore dans les concombres, les germes de blés, le foie de veau ou de bœuf. Enfin, la coenzyme Q10 entre dans la composition des viandes, poissons, huile de soja mais aussi des graines.

Partager cet article