Alcool dans les stades : un hors-jeu sur le terrain de la prévention

[12 mars 2019 - 16h49] [mis à jour le 12 mars 2019 à 17h01]

Ce 12 mars, l’ANPAA réagit à la proposition du Groupe Les Républicains d’autoriser la consommation d’alcool dans les stades. Pour l’association, les arguments justifiant cette mesure ne tiennent pas la route.

Encore un point en faveur du détricotage de la loi Evin* ? Rien n’est joué, mais 53 députés du Groupe Les Républicains ont déposé fin février une proposition de loi en faveur de l’autorisation de la consommation d’alcool dans les enceintes sportives. Une incohérence totale selon l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA).

« Dans une argumentation totalement spécieuse, ces députés prétendent qu’autoriser la vente à l’intérieur des stades diminuera les consommations à l’extérieur avant et après les matchs », explique l’association. Or concrètement, « cette proposition multiplierait les occasions de boire de l’alcool. Les spectateurs pourraient ainsi consommer avant, pendant et après les matchs ».

De vrai-faux arguments ?

Les Républicains défendent leur idée en dénonçant le manque d’équité lié au fait que contrairement aux supporters des tribunes classiques, les VIP ont le droit de consommer de l’alcool dans leurs loges. « Ils agiraient au nom de la lutte contre les privilèges », appuie l’ANPAA qui réfute toute intention réelle du parti politique de gommer ces inégalités. « Les députés passent sous silence le fait que l’alcool qui serait servi à l’ensemble des spectateurs n’aurait rien à voir avec les flacons distingués des tribunes. » En somme, vendre des pintes de bière d’un côté et des whiskys prestigieux de l’autre ne vient pas totalement effacer la disparité…

Enfin, l’ANPAA met le doigt sur les logiques de profits établies en amont des Jeux Olympiques et de la Coupe du monde de rugby. « Souvenons-nous que la dernière Coupe du monde de Football s’est déroulée dans le calme, contrairement à la précédente au Brésil, au prix d’une très sévère restriction des possibilités de consommer de l’alcool… », rappelle l’ANPAA.

A noter : chaque année en France, l’alcool est à l’origine de 41 000 décès.

* texte interdisant le sponsoring lié à l’alcool dans le cadre sportif et culturel

Partager cet article