Dans la nourriture industrielle, l’utilisation de 300 additifs alimentaires est autorisée. Pourtant, plus du quart de ces substances s’avèrent dangereuses pour la santé. L’UFC-Que Choisir publie une base de données vous permettant de découvrir le degré de toxicité de chacune d’entre elles.

Vous avez l’habitude de faire vos courses dans une grande surface et voulez savoir ce que vous mangez ? Bon réflexe, d’autant que la liste des additifs alimentaires ajoutés dans les produits ultra-transformés comprend aujourd’hui 300 substances, dont 87 qu’il convient de ne pas consommer

Pour répondre à ce besoin de transparence, « l’UFC-Que Choisir met aujourd’hui à la disposition des consommateurs une base de données qui fournit (…) une appréciation de leur dangerosité ». Elle est disponible gratuitement en cliquant sur ce lien. En s’appuyant sur une « les études scientifiques les plus récentes, (…) l’association a défini une grille d’appréciation (…) des additifs les plus acceptables à ceux qu’il faudrait éviter ».

Charcuteries, bonbons, nouilles chinoises…

« Plus du quart des additifs, c’est-à-dire 87 d’entre eux, sont à éviter ou peu recommandables. » Entre autres, « on peut citer les nitrates et nitrites (E249, E250, E251, E252) ». Des conservateurs ajoutés notamment dans les charcuteries et associés au risque de cancer colorectal ;

Autres substances nocives, « les caramels élaborés au moyen d’ammoniaque ou de sulfite d’ammonium (E150c, E150d), utilisés par l’industrie agro-alimentaire dans une grande variété d’aliments, peuvent contenir des substances immunotoxiques à forte dose et suspectées d’être cancérigènes ». Enfin, « les colorants azoïques (E102, E104, E110, E122, E124, E129), souvent présents dans les confiseries, pourraient contribuer à l’hyperactivité chez l’enfant ».

Les grandes marques ne sont pas forcément gages de qualité. « Sur les 7 colorants trouvés dans les bonbons Jelly Belly, pas moins de 4 sont à éviter. Les nouilles « Yum-Yum saveur poulet grillé », comptent 14 additifs dans leur formule, dont 2 sont à éviter et 5 sont peu recommandables. » Et sur les « 14 additifs dénombrés dans les chewing-gums Airwaves chloro-menthol, 1 est à éviter et 3 sont peu recommandables ».

Faire bouger les lignes ?

L’UFC Que-Choisir appelle les « autorités européennes à la mise en œuvre d’une évaluation réellement indépendante de la dangerosité des additifs, à partir d’études financées par un fonds abondé par les fabricants ». L’association réclame aussi « au législateur d’interdire les 87 additifs reconnus à risque par nos experts, sur la base d’études scientifiques ».

* travaux publiés par l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments (AESA), l’Organisation Mondiale de la Santé et le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC)

Partager cet article