Ebola, une première lueur d’espoir en Guinée et au Nigeria ?

[19 août 2014 - 16h55] [mis à jour le 19 août 2014 à 17h18]

En six mois, l’épidémie d’Ebola a fait 1 229 victimes en Afrique de l’Ouest. Sur place, les mesures prises pour endiguer l’épidémie commencent-elles à porter leurs fruits ? « Au Nigeria et en Guinée, les signes sont encourageants », répond l’Organisation mondiale de la Santé ce mardi 19 août. 

La Guinée, pays où le premier cas a été déclaré en décembre 2013, dénombre aujourd’hui 394 décès. Une partie de la population, jusqu’ici réticente aux messages de prévention commencerait toutefois à coopérer. Ainsi, des chefs de 26 villages ont-ils accepté de laisser les autorités sanitaires accéder à leur communauté. Résultat, des cas jusqu’ici inconnus ont pu être identifiés.

Le Nigeria moins affecté

Au Nigeria, quatrième pays touché par l’épidémie, « la situation est rassurante », explique l’OMS. « Les douze cas recensés appartiennent à une seule et même chaîne de transmission ». L’agence onusienne précise d’ailleurs que l’un de ces patients est aujourd’hui totalement rétabli, « preuve qu’une contamination par Ebola n’entraîne pas obligatoirement le décès. D’autant plus si le diagnostic et la prise en charge sont précoces ».

Mais « Ebola reste hors de contrôle », ne manquent pas de rappeler les autorités. « Au regard de sa forte virulence, le moindre recul de l’épidémie devra être envisagé avec une grande précaution », prévient l’OMS. La souche continue de se répandre même dans les territoires les plus éloignés de l’épicentre. « La semaine passée, un malade a en effet été localisé en Guinée dans une zone jusqu’ici épargnée par le virus ».

Partager cet article