Grossesse : un pictogramme sur les médicaments toxiques

[16 mai 2017 - 15h40] [mis à jour le 06 juillet 2017 à 12h22]

Les boîtes de médicaments présentant un risque tératogène ou foetotoxique devront être estampillées d’un pictogramme. Prise par arrêté le 5 mai 2017 au Journal Officiel, cette mesure s’appliquera rapidement. Un grand pas vers la transparence effectué suite à l’affaire Depakine®.

A compter d’aujourd’hui, les laboratoires disposent d’un délai d’un mois pour apposer un pictogramme sur toutes les boîtes de médicaments et de produits à risque tératogène ou foetotoxique. En cas de non-respect, les autorités pourront imposer le retrait de la molécule du marché.

Cette décision va dans le sens d’une meilleure information des femmes enceintes. Ainsi, les futures mamans pourront y voir plus clair sur les potentiels dangers pour le fœtus associés à la prise de telle ou telle molécule. Grâce à cette nouvelle transparence, elles pourront éviter de prendre des médicaments dangereux « avant ou pendant la grossesse, sauf en l’absence d’alternative thérapeutique », comme le précise l’arrêté daté du 5 mai actant le caractère obligatoire de ce pictogramme.

A ce jour, les résumés caractéristiques du produit (RCP) sont certes bien diffusés auprès des professionnels de santé. Et les notices comportent aussi ces informations. Mais ces dernières sont en très petits caractères… donc pas suffisamment visibles comparés aux risques que représentent ces médicaments pour la santé fœtale.

L’effet Dépakine® se fait sentir

Cette décision est directement liée à l’affaire de la Depakine®, un médicament à base de valproate de sodium largement prescrit aux femmes enceintes contre l’épilepsie et les troubles bipolaires. Mais présentant un risque de malformations physiques et de troubles neurologiques chez l’enfant à naître. Jusqu’au 1er mars 2017, aucune information n’apparaissait clairement à ce sujet sur les boîtes délivrées aux patientes. Mais c’est chose faite : le pictogramme suivant apparaîtra désormais sur les boîtes de Depakine® :

 

 

 

 

 

 

Et voici la seconde version du pictogramme pour les molécules proscrites pendant la grossesse :

 

Partager cet article