Mortalité infantile : encore 6,6 millions de décès chaque année

[13 septembre 2013 - 11h24] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h58]
Une campagne de vaccination contre la poliomyélite conduite au Tchad. ©UNICEF-NYHQ2011

En 2012, dans le monde, 6,6 millions d’enfants sont morts avant leur cinquième anniversaire. Soit 18 000 par jour et donc 12 par… minute ! Ces chiffres effarants ressortent d’un rapport des Nations-Unies publié ce vendredi. « La plupart de ces décès peuvent être prévenus au moyen de mesures simples », explique Anthony Lake, Directeur exécutif de l’UNICEF.

Dans ce rapport, les Nations-Unies mettent surtout l’accent sur la tendance à la baisse de la mortalité infantile. Et pour cause, elle a diminué de près de moitié par rapport à 1990. Cette année-là, 12 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient ainsi décédés. « Il s’agit d’une tendance positive », poursuit Anthony Lake. « Des millions de vies ont été sauvées. Et nous pouvons encore faire mieux. »

Les principales causes de mortalité sont la pneumonie, la diarrhée, la prématurité, l’hypoxie à la naissance et le paludisme. « À l’échelle mondiale, 45 % environ de ces décès sont liés à la dénutrition », poursuivent les représentants des Nations-Unies, dans un communiqué.

La moitié de ces décès survient dans seulement cinq pays : la Chine, l’Inde, le Nigéria, le Pakistan et la République démocratique du Congo. L’Inde (22%) et le Nigéria (13%) totalisent plus d’un tiers des décès dans cette classe d’âge.

Sauver 16 millions d’enfants d’ici 2025

Au niveau mondial, une série d’initiatives a été engagée afin d’améliorer l’accès aux soins pour la mère et l’enfant. Elle concerne notamment la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la rougeole. Des stratégies visent aussi à améliorer l’accès à des médicaments prioritaires comme les antibiotiques et les sels de réhydratation orale. Ces derniers étant indiqués dans la prise en charge des diarrhées. Un plan mondial contre la pneumonie est aussi lancé. L’objectif est donc de sauver 16 millions de vies d’ici 2025.

Pour atteindre cet objectif, Keith Hansen, vice-Président par intérim, Développement humain, au Groupe de la Banque mondiale en appelle aux pays afin qu’ils « continuent d’investir dans le renforcement des systèmes de santé ». Wu Hongbo, Secrétaire général adjoint des Nations-Unies pour les Affaires économiques et sociales, ajoute toutefois que des partenariats mondiaux sont essentiels pour accélérer la réduction de la mortalité des enfants de moins de cinq ans à l’échelle mondiale. Et en Afrique subsaharienne ».

Ecrit par : David Picot – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Cet article est aussi disponible en Anglais, Arabe

Partager cet article