Obésité morbide : stimuler le nerf vague contre le diabète de type 2

[09 février 2017 - 12h33] [mis à jour le 09 février 2017 à 12h34]

Grave facteur de risque lié à l’obésité morbide, le diabète de type 2 diminue l’espérance de vie en bonne santé. Pour éviter ce trouble métabolique caractérisé par une résistance à l’insuline, des chercheurs de l’Inra proposent une nouvelle technique à ce jour testée chez l’animal : la stimulation électrique du nerf vague, moins invasive que la chirurgie bariatrique.

En lien direct avec l’excès pondéral et l’influence épigénétique, le diabète de type 2 menace les patients obèses. Mais la chirurgie bariatrique, pratiquée comme technique de référence, permet de diviser ce risque par 8. La perte de poids progressive dans l’année suivant l’intervention participe au rétablissement de la sensibilité de l’insuline, hormone régulant le taux de glucose sanguin.

Bien qu’efficace, cette technique peut s’avérer « lourde », expliquent les chercheurs de l’Inra. Leur équipe, associée à la société AXONIC, teste actuellement une autre piste thérapeutique sur un modèle murin. Au programme, le nerf vague est stimulé via des électrodes posés au niveau de l’abdomen, et connectés à un boîtier de stimulation sous-cutané.

« Un retour à la normale du métabolisme du glucose »

Résultats, chez les souris obèses, la stimulation électrique du nerf vague aide à « recouvrer une sensibilité à l’insuline identique à celle d’un groupe témoin nourri avec un régime équilibré ». Grâce à une technique seulement maîtrisée par deux équipes internationales, les scientifiques de l’Inra ont mesuré le taux de sucre dans trois tissus : le cerveau, le foie et le muscle strié squelettique.

Ainsi, le retour à la normale du transport du glucose au niveau du muscle strié squelettique [est possible], probablement au travers d’une sécrétion accrue de l’hormone Ghrelin libérée par l’estomac ». Autre point, les métabolismes du glucose hépatique et cérébral retrouvent aussi un fonctionnement équilibré, preuve de leur implication dans le mécanisme de résistance à l’insuline.

Cette approche présente une alternative précieuse à la chirurgie bariatrique dans la prévention du diabète de type 2 chez les patients pris en charge pour une obésité morbide. Elle fait d’ailleurs l’objet d’un brevet entre l’Inra et la société AXONIC. Enfin, pour gagner en efficacité, les scientifiques travaillent actuellement au développement d’un dispositif plus adapté «  aux particularités du nerf vague abdominal ».

*associés à la société AXONIC

Partager cet article