Faire 10 000 pas chaque jour, soit environ 8km. C’est la distance à parcourir pour entretenir sa forme et préserver sa santé. Pourtant, comme le montrent les résultats de la 3e édition de l’Enquête sur l’Activité Physique ou Sportive et de Sédentarité de la population française menée par l’Association Assureurs Prévention, les Français sont loin du compte…

Les Français ne marchent pas encore assez. Les résultats de l’enquête montrent ainsi qu’entre 18 et 64 ans, ils cumulent en moyenne 8 184 pas par jour. Et ils sont 75% à ne pas atteindre l’objectif des 10 000 pas quotidiens recommandés pour conserver sa forme et sa santé.

Chez les jeunes, le constat est encore plus alarmant. L’enquête révèle que les adolescents âgés de 11 à 17 ans font en moyenne 7 966 pas quotidiennement. Une nette hausse est toutefois observée entre 14 et 15 ans, l’année d’entrée au lycée. Ainsi, sans atteindre l’objectif de santé publique, les lycéens s’en rapprochent davantage avec 8 386 pas par jour contre 7 710 pour les collégiens.

carte

Le sport, c’est la santé

Si marcher est essentiel, cela ne suffit pas pour entretenir sa santé. Pratiquer une activité sportive devrait dans l’idéal être régulièrement pratiquée. « Au collège, les adolescents sont 61% à pratiquer une activité physique ou sportive », soulignent les auteurs de l’enquête. Mais « ce taux tombe à 56% lors de l’entrée au lycée. Les garçons pratiquent davantage que les filles (63% contre 55%) et cette tendance, qui débute dès le plus jeune âge, se poursuit tout au long de la vie. » Ainsi, moins d’un Français sur deux (49%) déclare pratiquer une activité physique ou sportive.

« L’évolution de nos modes de vie, et notamment l’omniprésence des écrans dans notre environnement, impacte le niveau d’activité des adolescents », expliquent-ils. « Au-delà de 4 heures passées quotidiennement devant un écran, le nombre de pas effectués par jour se réduit significativement. »

La sédentarité n’est pas sans conséquence pour la santé. En effet, elle est le 4e facteur de risque de mortalité après l’hypertension artérielle, le tabagisme et le diabète. Par conséquent, « la pratique d’une activité physique régulière permet de diminuer jusqu’à 39% le risque de développer un cancer du sein, de 26% le risque de développer un cancer colorectal, de 25% le risque d’être victime d’une attaque cérébrale et de 34% le risque de diabète », concluent les auteurs.

Pour aller plus loin, consultez le site http://www.onvabouger.fr/.

Partager cet article