Stop aux infections urinaires

[10 mai 2016 - 14h04] [mis à jour le 10 mai 2016 à 14h12]

Les infections urinaires (ou cystites) vous empoisonnent la vie à intervalles réguliers ? Voici les bons réflexes que vous devrez adopter au quotidien pour leur dire définitivement adieu.

Si les femmes sont souvent sujettes aux infections urinaires, c’est avant tout lié à leur anatomie : la distance séparant l’appareil urinaire du vagin et de l’anus est réduite, et l’urètre, le canal d’évacuation de l’urine, est particulièrement court. Les germes responsables, qui vivent habituellement dans le côlon et le vagin, n’ont aucun mal à coloniser l’urètre et à remonter jusqu’à la vessie où ils se multiplient. Surviennent alors les symptômes classiques : envies fréquentes d’uriner, brûlures, maux de ventre… Comment éviter d’en arriver là ?

  • Buvez au moins 1,5 litre d’eau par jour. Plus vous allez uriner, moins les germes risquent de stagner et de proliférer dans votre vessie. A condition bien sûr de ne pas vous retenir ;
  • Urinez après chaque rapport sexuel. La pénétration de la verge dans le vagin peut étirer momentanément l’orifice de l’urètre et donc offrir aux germes présents à l’entrée de l’orifice vaginale un accès plus facile. Faire pipi après chaque câlin permet d’éliminer immédiatement les quelques bactéries qui auraient pu s’introduire dans la vessie ;
  • Essuyez-vous d’avant en arrière après être allée aux toilettes. C’est le meilleur moyen de ne pas ramener de bactéries présentes près de l’anus vers l’urètre. Et par conséquent de ne pas contaminer la vessie avec des bactéries intestinales ;
  • Luttez contre la constipation. La stagnation des selles au niveau du rectum favorise la prolifération microbienne à proximité de l’urètre ;
  • Adoptez une bonne hygiène intime. Un manque d’hygiène, ou au contraire une toilette excessive, va contribuer à la prolifération des bactéries ;
  • Prenez de la canneberge. Les principes actifs de la canneberge Vaccinium macrocarpon sont reconnus pour empêcher l’adhérence des germes sur la muqueuse urinaire. Néanmoins, aucune étude publiée ne permet à ce jour de démontrer une efficacité de la canneberge dans le traitement curatif des infections urinaires récidivantes. Cela ne doit pas vous empêcher d’essayer, certaines femmes en sont très satisfaites. Mais attention : pour profiter de l’effet anti-adhérent de la canneberge Vaccinium macrocarpon, il faut s’assurer d’en consommer à la dose de 36mg/jour, et ce tous les jours.

A noter : Les médecins considèrent comme « normal » de faire jusqu’à 4 cystites par an. Au-delà, ils peuvent être amenés à prescrire des examens plus approfondis pour comprendre ces récidives.

Partager cet article