Troubles bipolaires : le valproate contre-indiqué chez la femme en âge de procréer

[06 juillet 2017 - 12h37] [mis à jour le 06 juillet 2017 à 14h41]

Depuis le mois de mai dernier, le valproate de sodium est officiellement déconseillé chez les femmes en âge de procréer et souffrant d’épilepsie. C’est à présent au tour des patientes traitées pour des troubles bipolaires. Les spécialités à base de valproate (Dépakote et Dépamide) devront porter le même pictogramme pour rappeler cette contre-indication.

L’Agence nationale du médicament vient d’étendre les contre-indications concernant le valproate de sodium. Après les femmes enceintes et celles en âge de procréer traitées pour épilepsie, celles prises en charge pour des épisodes maniaques du trouble bipolaire ne devraient plus y être exposées. En France, seules les spécialités Dépakote et Dépamide sont autorisées dans cette indication.

En effet, « les enfants exposés in utero au valproate présentent dans 30% à 40% des cas un risque de troubles graves du développement ou du comportement et/ou, dans plus de 10% des cas, un risque de malformations congénitales », rappelle l’ANSM.

Un pictogramme commun

En outre, des études pharmaco-épidémiologiques* ont aussi « mis en évidence qu’un nombre plus important de femmes en âge de procréer est traité par cette substance dans le trouble bipolaire que dans l’épilepsie », ajoute l’ANSM.

Par conséquent, « un pictogramme en forme de rond barré intégrant la silhouette d’une femme enceinte sera désormais apposé sur les boîtes de Dépakote et Dépamide pour rappeler cette contre-indication », indique l’ANSM.

A noter : Dépakote (divalproate de sodium) et Dépamide (valpromide) sont spécifiquement indiquées en deuxième intention dans les épisodes maniaques du trouble bipolaire, en cas de contre-indication ou d’intolérance au lithium.

*conduites par l’ANSM en partenariat avec la Cnamts

Partager cet article