Des aliments pour favoriser la fertilité ?

[19 mars 2018 - 11h49] [mis à jour le 21 mars 2018 à 10h01]

En cas de grossesse, certains aliments augmenteraient les chances d’avoir une fille ou un garçon. Mais avant même de tomber enceinte, le contenu de l’assiette influe-t-il sur la fertilité ? Les précisions du Dr Nathalie Sermondade, médecin biologiste de la Reproduction à l’Hôpital Tenon (Paris).

« On observe un parallèle entre l’augmentation de l’incidence de l’infertilité et la hausse de l’obésité », explique le Dr Nathalie Sermondade, médecin biologiste de la reproduction au CECOS à l’Hôpital Tenon (AP-HP, Paris). Ainsi, « depuis une dizaine d’années, la corrélation entre alimentation et fertilité est de plus en plus étudiée. »

Le régime méditerranéen, une bonne idée ?

« A ce jour, aucun régime n’a montré d’effet sur les chances de fécondation. Mais globalement, les paramètres spermatiques sont meilleurs quand l’alimentation de l’homme est saine et variée. Idem concernant les taux de réussite d’une FIV. »

Chez la femme, « on pense que le régime méditerranéen, riche en graisses insaturées notamment en omégas 3 et en antioxydants, est plutôt favorable pour l’obtention d’une ovulation de bonne qualité, d’une grossesse naturelle et d’une grossesse en FIV ». Et « les apports en acide folique diminueraient aussi les anomalies de l’ovulation, amélioreraient la fertilité naturelle et augmenteraient les succès en cas de FIV ».

Des couples acteurs de leur santé

Les conseils pour une nutrition équilibrée sont délivrés auprès des personnes prises en charge pour infertilité, dans un parcours d’assistance médicale à la procréation (AMP). L’idée ? « Rendre le couple acteur de leur parcours en AMP en leur proposant des astuces pour manger plus équilibré. L’idée n’est pas de juger une potentielle mauvaise alimentation. Ni de leur imposer tel ou tel régime. Mais la nutrition est un facteur de risque modifiable, sur lequel chacun peut agir directement. C’est un bon moyen de rendre les personnes responsables de leur mode de vie. »

Et avant d’être pris en charge pour une infertilité, sous quel délai est-il conseillé de faire attention à son alimentation ? « Pour les hommes, je dirai qu’il faut environ 3 mois de vigilance sur l’équilibre nutritionnel avant la conception pour avoir un effet bénéfique sur la qualité du sperme. Et de 3 à 6 mois pour les femmes concernant la qualité de l’ovulation. »

Partager cet article